Labyrinth – Jim Henson

Ça faisait un moment que je voulais voir ce film : du fantastique, du Bowie, il était fait pour me plaire. Mais, comme d’habitude, pour voir les films je traînasse et j’en regarde mais pas autant que je le voudrais. Ça doit faire deux semaines maintenant que je suis en pleine crise « BOWIE » alors l’autrefois j’ai craqué, sans même avoir vu le film, je l’ai acheté en DVD ! Soyons folle ! (Bon cela dit, j’étais sûre à 95% qu’il me plairait).

Labyrinth, c’est un film qui possède tous les ingrédients d’un parfait film fantastique, un mélange de conte de fée et surtout d’imaginaire. D’ailleurs, la jeune héroïne, Sarah, est une grande adepte de contes, on trouve dans sa chambre un exemplaire du Magicien d’Oz et non loin doit bien traîner un d’Alice au Pays des Merveilles et De l’autre côté du Miroir. Son ours en peluche fétiche se nomme Lancelot, elle est en train d’apprendre une pièce de théâtre en robe style Joséphine. Le ton est donné dès les premières minutes du film. On comprend vite qu’elle ne se sent pas bien dans sa vie, adolescente dont le père est remarié et qui a un bébé avec la « marâtre » (mot utilisé dans le film pour bien enfoncer le clou : VOUS ETES DANS UN CONTE !). Pour couronner le tout, le papa sort le soir avec la marâtre et Sarah doit garder son mi-frère, mi-diable et re mi-frère derrière : l’horreur. Pour l’endormir (parce-qu’en plus de ça, il fait que pleurer), elle lui raconte une histoire, le menaçant de prononcer les mots magiques pour que les lutins viennent l’emmener. Bien évidemment, elle va prononcer les mots magiques. Le bébé disparait et…. Le sexy Roi des lutins en personne fait son apparition. Et là : Bowie dans toutes sa splendeur rock&glam, accrochez-vous à vos culottes et tout ce qui vous passera par la tête. Ses costumes sont à tomber (pour changer). Il a fait toute la musique du film et toutes les interprétations, je retiens la si fameuse chanson que je vois passer depuis que je m’interesse à Bowie « You remind me of the babe ». Je vous laisse admirer :

 

Vous l’aurez remarqué par contre les effets spéciaux sont du pur style des années 80 (le film date de 1986) et les « créatures » sont toutes des marionnettes, inspirées de l’univers du dessinateur Brian Froud (apparemment assez connu dans le milieu). Je l’admets, il faut aimer les vieux effets spéciaux, aimer le fantastique, les contes, Bowie pour aimer ce film mais si vous répondez aux critères, vous allez adorer. C’est un excellent moment à passer même avec des enfants car ça ravira leur imagination sans aucun doute (et faut dire que les Marées de la Puanteur feront rire petits et grands). Pour ma part, en dehors de Bowie (parce-que Bowie c’est TOUT), j’ai particulièrement apprécié la créature répondant au nom de Ludo, une grosse bête poilu (probablement de la même famille que Chewbacca, les Wookies, ils sont partout) qui m’a fait beaucoup rire « SMEEEEELL BAAAAAD » (dans les Marais de la Puanteur, si vous me suivez bien !). Je parle de Wookie… mais sans rigoler, c’est à peine étonnant de voir apparaître le nom de George Lucas dans la production.

Un film à voir et à revoir sans aucune modération pour retrouver son âme d’enfant.

 

Aza.

 

5 réflexions sur “Labyrinth – Jim Henson

  1. Ah ? Je n’avais jamais entendu parler de ce film, mais il a l’air bien. Je le regarderais sans doute lorsque j’aurais un peu de temps devant moi ^^ Merci pour cette découverte 😉

    J'aime

    1. C’est définitivement un film à voir, encore plus l’été quand on a envie de se relaxer (avec de la bonne musique *sifflote*)

      J'aime

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s