Hook (ou la revanche du Capitaine Crochet) – Steven Spielberg

Je profite de cet article pour rendre à mon tour hommage au grand acteur et homme qu’a été Robin Williams. Comme beaucoup d’entre vous, il a fait partie de mon enfance et la nouvelle de son décès m’a beaucoup touché, encore plus sachant que s’est un suicide. J’ai donc commandé Hook le jour même et l’ai reçu ce samedi. Dimanche, c’était donc soirée Robin Williams et si vous m’aviez dit que je pleurerais devant ce film il y a cinq ans, je ne vous aurais pas cru, et pourtant.

Est-ce encore la peine de résumer ce merveilleux film ? Pter Pan est tombé amoureux, Peter Pan a grandi. Il est devenu Peter Banning, avocat surbooké ayant perdu toute son âme d’enfant. Au pays Imaginaire, Hook veut sa revanche et il enlève les enfants de Peter pour l’attirer là où il jurait ne jamais vouloir grandir et avoir son combat final. Peter redécouvre peu à peu qui il était mais plus que ça, c’est un adulte qui redécouvre tout le pouvoir de l’imagination. Ce film n’a pas une intrigue très développée, elle est construite sous la forme d’un conte, et quel conte. Je tiens à noter la superbe intervention de Monsieur Mouche qui en criant « Goooood Moooorning Pays Imaginaire !! » m’a fait penser au fameux Good Morning Vietman de Robin. Un clin d’oeil qui aujourd’hui m’a touché.

Le film est à voir pas petits et grands. Il est clairement destiné à un public jeune pour le côté féerique. Mais les adultes devraient aussi pouvoir trouver une résonance dedans, ne serait-ce que pour ne pas oublier leur âme d’enfant et se souvenir que c’est en y croyant que cela devient réel et pas tout le temps l’inverse. L’exemple parfait en est Clochette : « à chaque fois que quelqu’un dit qu’il ne croit pas aux fées, une fée meurt. » Peter est l’incarnation du fait que c’est possible d’être adulte et d’y croire malgré tout ce que la vie peut nous faire subir.

La performance de Robin Williams est soutenue par Dustin Hoffman (Hook) et Julia Roberts (Clochette), qui, à eux trois, donne une réelle force au film. Alors si vous ne l’avez pas encore vu, c’est l’occasion d’aller faire un tour au pays Imaginaire. Si vous l’avez déjà vu, comme moi (des centaines de fois peut-être), c’est toujours un plaisir de revoir les yeux bleus et le sourire de Robin qui aura toujours sa place dans nos coeurs d’enfants.

Je m’incruste dans cet article – c’est Lily – pour moi aussi rendre hommage à Robbin Williams. La seule personne célèbre dont la mort m’a touché était George Harrison … Jusqu’à ce que j’entende la nouvelle du suicide de cet acteur qui a fait parti de mon enfance. Si vous l’aviez demandé quel acteur j’aime particulièrement je n’aurais jamais répondu Robbin Williams. Il faisait tellement parti de mon enfance que Je n’y pense pas.
Je me ferais un plaisir de revoir encore et encore ses films et de verser ma larmichette.

4 réflexions sur “Hook (ou la revanche du Capitaine Crochet) – Steven Spielberg

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s