Un américain à Paris – Orchestre National de Lyon

Auditorium

Aujourd’hui, je vais vous parler musique. J’ai eu la chance d’être invitée, le vendredi 26 septembre, à un concert à l’Auditorium de Lyon. (Merci Mélanie !!) Et même si j’aime beaucoup la musique et l’orchestration, je n’avais jamais eu l’occasion encore d’assister à ce genre de représentation. A vrai dire, je suis plus tournée vers le théâtre. Je n’ai donc pas beaucoup hésité lorsque mon amie m’a proposé cette sortie. C’était l’occasion de tester quelque chose de nouveau, et j’adore ça.

Le concert débutant à 18h30, nous voilà à et 20 qui rentrons dans la salle et …. wouah. Cette claque. Parce-qu’en fait, un auditorium, ça impressionne énormément. Evidemment, le théâtre de la Comédie Française impressionne également, mais ce n’est pas du tout le même registre et ça se sent. Le théâtre classique français, c’est du rouge, du dorée, des balcons, des fauteuils somptueux, en un mot, du faste. Un auditorium par contre c’est… vide. Pour une meilleure circulation du son. Nous étions à l’orchestre, à savoir la partie la plus proche de la scène et en fait, nous étions au deuxième rang, autant dire une superbe place de laquelle on voyait plutôt bien (surtout les pieds des musiciens). Ce qui m’a le plus frappé, c’est la couleur très claire du bois qui agrandit vraiment l’espace et donne le sentiment de se perdre dans cet univers musical.

La totalité du concert s’est effectué sous la direction musicale de Leonard Slatkin, un américain occupant la même fonction à l’Orchestre Symphonique de Détroit depuis 2008/2009 (ne me demandez pas si il a un Retourneur de Temps pour pouvoir être partout en même temps, je ne sais pas!). Le thème du concert était clairement tourné vers le cinéma. Je ne vous parlerai pas avec un vocabulaire de spécialiste car je n’en suis pas une, j’aime, je ressens la musique, voilà tout. Et sincèrement, j’ai eu le sentiment de me trouver au cinéma à regarder des films muets du début du XXe siècle, un vrai régal. Une des parties du concert, un concerto pour violon d’Erich Wolfgang Korngold a été interprété notamment par un violoniste réputé Renaud Capuçon. Pour tout dire, avant ce soir, je n’avais jamais entendu parlé de lui, mais je dois dire qu’il m’a scotché et je comprends qu’il soit devenu célèbre dans le milieu. Il avait ce don pour me donner des frissons dès qu’il touchait les cordes de son instrument et, j’avoue, qu’il m’a tiré une larme à force de vibrato sur les notes les plus aiguës. En plus, on a pu avoir notre petite dédicace à l’entracte, cerise sur le gâteau !

Pour résumer, c’était vraiment une très bonne expérience et je remercie encore chaleureusement Mélanie de m’avoir invité. Certes, il faut apprécier la musique classique, c’est une évidence, mais par exemple sur ce thème là, un amoureux du cinéma aurait pu également s’y retrouver tout comme moi ! En tout cas, je n’hésiterai sûrement pas à retenter l’expérience d’un auditorium !

Bonne journée à tous et à toutes !

Heberger image

5birdybook

2 réflexions sur “Un américain à Paris – Orchestre National de Lyon

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s