Persuasion – Jane Austen

PicMonkey Collage

Toujours dans mon périple austenien qui a commencé quelques années auparavant, j’ai lu cette fois Persuasion. En cause ? Une puissante envie de lire un classique, probablement aussi l’hiver qui me donne toujours envie de lire des auteurs classiques. Il ne me restera à présent qu’Emma à lire et je le savourerai encore plus pour faire durer le plaisir Jane Austen même si je prévois de relire Orgueil et Préjugés après ça.

Persuasion donc. Sous le vernis d’un genre, chacune des phrases de Jane Austen attaque les conventions, traque les ridicules, et finit avec une grâce exquise par pulvériser la morale bourgeoise, sans avoir l’air d’y toucher. Les héroïnes de Jane Austen lui ressemblent, elles aiment les potins mais détestent bavardages, grossièreté et vulgarité. La pudeur, le tact, la discrétion, l’humour sont les seules convenances qu’elles reconnaissent… Et si Jane Austen mène les jeunes filles au mariage, c’est fortes d’une telle indépendance qu’il faut souhaiter au mari d’être à la hauteur ! A lire yeux baissés et genoux serrés pour goûter en secret le délicieux plaisir de la transgression des interdits. (Goodreads)

Ce n’est pas un livre qui m’a déçu. Bien au contraire. J’avais trouvé Mansfield Park bien inégal en comparaison des autres livres de l’auteur, ici, avec cette dernière oeuvre publiée post-mortem, Jane nous dépeint avec encore plus de dureté et d’amertume la morale de la noblesse et de l’aristocratie. La famille Elliot (en dehors d’Anne, notre héroïne) est ambitieuse, arriviste, orgueilleuse et méprisante. Ces caractéristiques jonchent le discours puisqu’ils sont quand même assez présents dans le récit et ça en est presque traumatisant. La pauvre Anne, comment a-t-elle pu grandir dans une famille pareille ? Le tableau idyllique d’une aristocratie riche, vivant dans le luxe est ternie par tous ces détails. Non, la vie aristocratique n’était pas forcément enviable. Oui, il y avait des faiblesses et des limites.

Jane Austen est très connue pour cette critique de l’aristocratie anglaise à travers son oeuvre, mais j’avoue que le livre dans lequel cela ressort avec le plus de vivacité est bien celui-ci. Il ne nous enlève toutefois pas tout espoir en l’humanité, bien heureusement, et nous avons immédiatement beaucoup d’attachement pour Anne Elliot, mais aussi pour le Capitaine Wentworth, victimes tous deux de cette aristocratie superficielle.

J’ai beaucoup aimé Persuasion qui rentre dans mon Top 3 Austenien à la 3e place devant Orgueil et Préjugés et Northanger Abbey. Le classement est encore à suivre avec Emma. Dans tous les cas, je conseille ce livre même aux non-amateurs de Jane Austen et qui voudraient se lancer, Nothanger Abbey et Persuasion sont courts et révèlent tous le talent de cette grande auteure.
Heberger image

5birdybook

 

11 réflexions sur “Persuasion – Jane Austen

  1. J’avais beaucoup aime persuasion aussi, mon 1er jane austen. En fait j’en ai lu que 2 avec orgueil et prejuges mais bientot biento la suite!

    J'aime

    1. C’est vrai qu’en général on ne parle que d’Orgueil et Préjugés et Raison et Sentiment, mais je pense qu’ils sont tous à connaître et notamment Persuasion (et Northanger Abbey que j’ai énormément apprécié aussi). C’est vraiment dommage car les gens ratent de bons moments avec ces deux-là 🙂

      J'aime

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s