Vingt milles lieues sous les mers – Jules Verne

Cela faisait longtemps que je passais devant ces beaux livres et que je me disais « Tu vas les lire, dès que tu peux, tu vas les lire. » Mais qui dit Beaux20milleslieues2 Livres dit aussi livres encombrants et que l’on ne peut pas transporter car on ne veut surtout pas les abîmer. Alors le bon moment pour les lire ne venait jamais. Jusqu’à récemment.

Et voilà que je m’empare du Vingt milles lieues sous les mers de Jules Verne. Pour vous donner un bref résumé de l’histoire, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, une chose étrange circule dans les mers, les continentaux se posent des questions et une « chasse » est lancée pour réduire à néant cette bête inconnue. Bien évidement, il s’agit du fameux Nautilus, commandé par le célèbre Capitaine Némo. La chasse échoue et le professeur Aronnax, son serviteur Conseil et le harponneur Ned Land, se retrouve prisonnier sur (et dans) l’engin. Ils vont vivre un voyage autour du globe à travers l’univers marin sous le joug du mystérieux Némo.

Pour tout dire, je connaissais déjà l’histoire générale car petite j’avais la cassette audio que j’écoutais très souvent et j’en avais un bon souvenir (d’où mon choix de commencer par celui-là). Je dois dire qu’en le lisant aujourd’hui, j’ai été plutôt déçue par le contenu. Ou plutôt dérangée. Je ne reproche rien à la plume de Jules Verne que j’ai beaucoup aimé et qui nous transmet l’excitation de l’aventure. C’est d’ailleurs sans doute grâce à ça que j’ai pu terminer le livre. Mais l’Homme civilisé maître de la Planète Terre. Ce message là, ne m’a pas forcément plu et n’a pas remporté mon adhésion.

En effet, du point de vue d’un être humain vivant en 2015, sensible à l’écologie, à l’environnement, à l’avenir de la Planète et à la condition animale, il est difficile de rentrer dans le livre à d’adhérer aux propos tenus. Ce livre est une apologie de l’Homme moderne, conquérant les peuples « non-civilisés » voir qui ne sont pas des « êtres humains » (cf. La 20milleslieuescontroverse de Valladolid). L’Homme est un dominant : sur la Terre, sur les « sous-hommes », sur les « animaux ». Bref sur tout ! Alors vous me direz que c’était l’époque. Et je suis d’accord. C’était une façon de penser courante durant cette période de colonisation mais ça reste dérangeant. Surtout lorsque l’on voit le Capitaine Némo, clairement présenté comme en opposition à l’Homme moderne, mais qui au final se comporte comme l’un d’eux sur un territoire (les mers et océans) non conquis encore par eux. Je dois dire que cela m’a rendu le personnage de Némo très antipathique. Je ne comprends pas que l’on accepte de laisser tuer un animal que l’on sait en voie de disparition et faire un massacre d’animaux soit-disant « trop méchant » (parce-qu’ils tuent des animaux gentils…), je ne sais pas vous mais, moi… quelque chose me dérange dans ce raisonnement. Alors finalement, on voit que Némo est plus rempli de vengeance que de bons sentiments envers la nature, cela dit ces contradictions trop énormes m’ont beaucoup dérangées.

Je ne vous conseillerai clairement pas ce livre de Jules Verne pour aborder cet auteur. Les différences idéologiques avec notre époque sont beaucoup trop importantes pour bien l’apprécier. Toutefois, je compte bien en lire d’autres car sa plume m’a vraiment plu et j’espère trouver un roman faisant moins polémique avec mes principes. L’avez-vous lu, vous ? Avez-vous eu ce même ressenti ?

Heberger image

3birdybook

9 réflexions sur “Vingt milles lieues sous les mers – Jules Verne

    1. Le mieux est de se faire sa propre opinion, mais c’est vrai que si un autre te fait envie de Jules Verne, je te dirai plutôt de partir sur les autres d’abord. Pour ma part, je suis très tentée par Voyage au centre de la Terre et Le tour du monde en 80 jours par exemple.

      J'aime

  1. Pour ma part j’ai commencé avec celui-ci, et je me suis totalement laissé porter par l’histoire. Je n’ai pas été aussi marquée que toi par cette différence idéologique en fait. Finalement, la chasse qu’ils entreprennent au début est encore pratiquée au quotidien en Asie malheureusement. Mais je suis d’accord sur Némo, totalement antipathique !

    J'aime

    1. Le problème principal c’est que je suis contre cette (ces/la) chasse même aujourd’hui, du coup c’est difficile d’entrer dans un livre qui commence déjà avec ça et que l’on retrouve régulièrement dedans ^^ » Ceci dit, je conçois totalement qu’à l’époque la chasse était « normale », mais dur de prendre du recul lol. Oui ça m’a vraiment surpris que Némo me paraisse aussi antipathique en fait… j’ai hâte de lire un autre de livres de Verne pour me chasser cette impression là !

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis aussi contre bien sûr ! Mais à l’époque ca ne choquait personne effectivement. J’ai adoré Voyage au centre de la Terre aussi ! Il n’est pas très vraissemblable, mais je le trouvais chouette 🙂

        J'aime

      2. Alors le prochain sera Voyage au centre de la Terre ! Il était dans les 2 aux choix que je voulais lire, tu m’as aidé à prendre ma décision ^^

        Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est vrai que pour commencer… enfin pour ma part, si j’avais su, j’aurai un autre en premier car il est vraiment trop éloigné de mes idéaux. Du coup je sais pas si tu en avais d’autres en tête, il y a le Tour du monde en 80 jours que Lily a chroniqué il y a peu et Docteur Ox (une nouvelle) que j’ai moi-même chroniqué, sinon Voyage au centre de la Terre que l’on vient de me conseiller 🙂

      Aimé par 1 personne

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s