Saison à Copenhague – Karen Blixen

Quand j’ai fait le marché nocturne d’Anduze dans le Gard cet été, une librairie avait sorti tout ses folio 2€. La faible lectrice que je suis n’a pas pu s’empêcher de se jeter dessus pour voir si quelque chose allait lui plaire. J’avais déjà en tête le mois scandinave dont on avait parlé Lily et moi et quand je suis tombée sur ce titre « Saison à Copenhague », je me suis dit que ça changerait des plus habituels Islande/Suède/Norvège/Finlande puisque le Danemark fait lui aussi bel et bien partie de ce que l’on nomme la Scandinavie.

Résumé : À Copenhague, la saison mondaine commence au Nouvel An. Pendant ces quelques mois, ce ne sont que réceptions et bals où les jeunes gens dansent et rient. Mais pour Ib Angel, éperdument amoureux de sa cousine, la ravissante Adélaïde, ce n’est que souffrance et désespoir… (Goodreads)

L’auteure, Karen Blixen, est d’origine danoise et n’est ni plus ni moins que l’auteure de La ferme africaine dont est tiré le film Out of Africa. Pour ma part, je n’ai pas encore vu ce film, mais je sais qu’il a beaucoup fait parlé de lui et que beaucoup l’ont vu, c’est pourquoi je me permets cette petite anecdote.

Saison à Copenhague fait partie d’un recueil de nouvelles réunis sous le nom de Nouveaux contes d’hiver avec Une histoire campagnarde et Conversation nocturne à Copenhague. Après avoir lu celle-ci, j’avoue être curieuse de lire les deux autres nouvelles qui lui sont associées car en général, on peut y trouver un fil conducteur. Mon avis quant à celle-ci est plutôt mitigé. La mise en place de l’histoire est très longue alors que la nouvelle ne fait que 130 pages environ, nous en sommes déjà à la moitié lorsque l’histoire d’amour pointe le bout de son nez. C’est plutôt frustrant. D’autant que cette histoire d’amour aborde un sujet particulier : les différences de statuts. On est loin de tomber sur l’histoire d’amour entre la jeune fille de bonne famille et le laquais, mais le rang du jeune homme est un peu inférieur à celui de la jeune fille et cela pose problème. L’intérêt principal réside dans la gestion des sentiments par ces deux jeunes gens et nous incite à dire les choses plutôt que les garder pour nous.

Je m’attendais, ou du moins j’espérais, lire plus de choses sur l’histoire du Danemark ou ses paysages mais le sujet de la nouvelle n’étant pas cela, le livre n’a pas répondu à mes attentes. Cela dit, c’est une jolie plume intéressante à lire. Je ne pense pas que ce soit un indispensable à avoir dans la bibliothèque, par contre, ça m’a rendu curieuse concernant La ferme africaine. Peut-être qu’à l’occasion, je jetterai un œil à cet ouvrage. Pour moi, ce sera donc 3 birdybooks pour Saison à Copenhague.

Heberger image
3birdybook

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s