Pourquoi je n’ai pas aimé NARCOS

Si vous avez Netflix, vous êtes surement au courant du phénomène Narcos. Tout le monde en parle, tout le monde le conseille. Comme je vous ai dis précédement, avec l’homme, quand on a eu fini les deux premières saisons de Penny Dreadful, on s’est retrouvé.. en manque. Alors nous aussi, on a cédé à Narcos. On a fait les choses bien, on a regardé le premier épisode en mangeant, puis on est passé sur le canapé…puis on a recommencé le lendemain.. et on en est venu à la même conclusion: on se fichait royalement de connaître la suite. Alors j’ai bien dû me pencher sur le problème et me demander pourquoi la sauce n’avait pas pris avec moi.

1. La forme

Pour ceux qui ne connaissent pas, il faut savoir que Narcos est fait sous forme de semi-documentaire. Pourquoi semi? Parce qu’on a une fiction posée sur une histoire vrai qui nous est expliqué par une voix-off tout au long de la série. On nous montre des documents officiels et les faits sont repris un par un. Ce coté documentaire ne me dérange pas sauf que… j’ai trouvé que du coup, on entrait pas assez dans l’intime des personnages et donc je n’ai pas réussi à les comprendre, je n’ai pas réussi à m’intéresser à eux et cela a eu comme conséquence…que je me fichais de leur sort. Résultat: quand l’un ou l’autre meurt, je m’en fiche cruellement. On ajoute à cela qu’à part le  noyau principal, la durée de vie des personnages dans Narcos est d’un seul épisode..et bien moi, ça ne me laisse vraiment pas le temps et la volonté d’en savoir plus. Mais en plus de cela, c’est surtout que ça devient très difficile de comprendre les ambitions des personnages. Personnellement, pour ce qui est de Steve Murphy, je n’ai toujours pas compris ce qui a bien pu le convaincre d’aller s’enterrer en Colombie en mettant sa vie et celle de sa femme en danger.

narcos.jpg

2. Le fond

Narcos est un Biopic sur Pablo Escobar et donc sur la lutte des services américains contre les cartels de drogue. En soit, ça envoie du lourd. Non, on ne vous sert pas une simple petite série sur la drogue et la mafia, on vous offre LA série sur PABLO ESCOBAR en personne. ET OUI. Sauf que …bien sûr, la série est aussi une critique de tout ce qui s’est passé: en passant de la critique de la Colombie mais aussi des politiques aux USA qui n’ont compris l’importance des faits que bien trop tard. Je continue à dire qu’en soit, ça envoie vraiment du lourd, la série est très bien faite. SAUF QUE pour moi, une série, c’est fait pour décompresser après le boulot alors si je me tape de la critique de la société à ne plus en finir… et bien finalement ça me fatigue plus qu’autre chose.

0016_narcos_106_00597r.jpg

3. Le Rythme

Avec Narcos on va un peu dans tous les sens. Je comprend que ça soit difficile d’expliquer tous les faits en même temps: On est en pleine guerre froide, on a la drogue, Pinochet, les élections en Colombie, Cuba qui se rebellent, la présidence américaine et j’en passe.. et moi je n’ai vu que 5 épisodes. J’ai trouvé le rythme presque trop effréné et tout est traité en trois minutes chrono. Ca se veut un documentaire, mais on ne s’arrête pas assez sur les faits pour bien les comprendre et on finit par se demander comment tout ceci a bien pu arriver. Comment des gens peuvent voter pour Pablo Escobar ? Comment les USA peuvent ils se ficher d’un si gros problème ? Comment personne n’a pu réagir ? Et bien… on le déduit plus qu’on ne le comprend. Au point que si on s’éloigne deux minutes de la télé…On est perdu. Et comme je vous ai dis, nous, on regarde la télé en mangeant, en changeant les plats, en cuisinant, en allant chercher le sel, etc. Je ne suis pas encore une de ces geeks qui, quand elle regarde une série, ne fait QUE ça. Ce qui rend cette série peu adaptée à ma manière de faire.

narcos pict3

A ce point là, il ne reste plus beaucoup de chose qui pouvait m’intéresser dans Narcos. Le tout est très bien fait, je l’avoue, c’est très réaliste, mais ce n’est pas ce que j’attend d’une série et je la laisserais donc à d’autre !

10 réflexions sur “Pourquoi je n’ai pas aimé NARCOS

  1. Je n’ai encore jamais regardé Narco, et ça fait du bien de lire un avis négatif de temps en temps.
    Je regarderai probablement cette série un jour, mais au moins, maintenant, je sais qu’elle n’est peut-être pas si géniale que ça.
    Merci pour ton retour.

    Aimé par 1 personne

      1. Ce ne sera pas pour tout de suite, cela dit. J’ai Once Upon a Time, Teen Wolf, Breaking Bad, Six Feet Under, Vikings… à terminer, et la saison 6 de GoT va bientôt sortir, en fait ! Mais je vais bien me trouver un moment pour regarder Narco, et je te ferai alors mon retour 😉

        J'aime

  2. Je n’ai pas encore commencé Narcos, mais ça ne saurait tarder. C’est vrai que ça fait du bien de voir un avis négatif sur cette série, parce que jusqu’à présent je n’en avais vu quasiment aucun! Du coup, je suis encore plus impatiente de me faire mon propre avis 🙂

    J'aime

  3. Je ne suis donc pas la seule! Comme toi je n’ai vraiment pas trop accroché, en soi il s’agit d’une très bonne série, mais il y a quelque chose qui manque e je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis sur la forme.
    Je rajoute qu’en ce qui me concerne la voix-off m’a rendue zinzin.

    J'aime

    1. Ahah oui je pense que la voix off; u on accroche ou on la déteste ! Je suis contente de ne pas être la seule à ne pas avoir apprécié ! je commencais à me sentir un peu alone dans toutes ces critiques qui hurlent au chef d’oeuvre !

      J'aime

  4. C’est assez rare de trouver un avis sur cette série qui ne va pas dans le sens de la majorité. Et ça fait du bien !

    En soi, Narcos n’est pas une mauvaise série pour un public majoritairement Occidental, elle répond au cahier de charges, et je l’ai appréciée sous cet angle.
    Mais, je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec une au série dont le doublage a été massacré par France Télévisions au point de la rendre irregardable.

    Je lève le suspens ici, je parle de la série Américano-Colombienne « El Patron del Mal » (2012), qui met en scène un P.Escobar crédible, pas l’acteur fétiche de Padilha.
    J’ai aimé W.Moura et J.Padhila ailleurs, mais pas dans Narcos; cette série est construite comme « Tropa de Elite 1 », c’est l’utilisation de mécaniques éprouvées : partir de la fin, voix off, flashback, …tout y passe, 0 prises de risques.

    L’autre gros défaut de Narcos par rapport à « sa grande soeur » c’est qu’elle ne prend pas le temps. Or on ne devient pas le narcotraficant le plus redouté du monde en 12 épisodes, pas plus qu’en le décidant le matin en se levant.
    Escobar a été actif de +/- 1975 à sa mort en 1993, avec une domination de +/- 10 ans.

    Du coup, Je me demande bien avec quel matériau va être faite la saison 2 : L’évasion de la « Catedral » qui clôt la Saison 1, date de 1992, il ne reste qu’un an et demi a Escobar à vivre avant sa mort.
    A contrario, « El Patron del mal », ce sont 113 épisodes – qu’il faut être être courageux pour se farcir si on la regarde en VF, comme je l’ai dit – mais tout y est.

    Regarder « Narcos », c’est regarder un [mauvais] résumé d' »El patron del Mal »; forcémment il y manque les détails, les nuances, les pourquoi et comment.
    C’est une série facile pour ceux qui n’auraient pas de prérequis et probablement pas d’autres envie que de se divertir; là oui, elle fait le job.

    Et pour en finir, je dirai qu’on touche le fond sur le sujet avec le film « Paradise Lost », mais c’est pas le sujet.

    J'aime

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s