Itinérances 34e édition : Le Bon, la Brute et le Truand – Sergio Leone

C’est au tour d’un grand classique du cinéma de faire l’objet d’une petite chronique de ma part. Je n’avais toujours vu que des morceaux par-ci par-là de ce film, Le Bon, La Brute et Le Truand, sans jamais me poser vraiment pour le regarder du début à la fin. Alors quand j’ai vu qu’il était diffusé au festival, je n’ai pas trop hésité. C’était l’occasion ou jamais de le voir et en plus sur grand écran. Et ça vaut le coup d’oeil malgré les presque 3 heures de films et un rythme assez lent.

Synopsis : Pendant la Guerre de Sécession, trois hommes, préférant s’intéresser à leur profit personnel, se lancent à la recherche d’un coffre contenant 200 000 dollars en pièces d’or volés à l’armée sudiste. Tuco sait que le trésor se trouve dans un cimetière, tandis que Joe connaît le nom inscrit sur la pierre tombale qui sert de cache. Chacun a besoin de l’autre. Mais un troisième homme entre dans la course : Setenza, une brute qui n’hésite pas à massacrer femmes et enfants pour parvenir à ses fins. (Allociné)

Le Bon, la Brute et le Truand, c’est le western classique par excellence. Les Etats-Unis, le farwest, les saloon, les visages burinés par le soleil, les cigares, les éperons, les colts, les pistolets, les mâles alphas qui ne veulent rien lâcher… Bref. Tout y est. A la base, je ne suis pas forcément western même si j’avais adoré le film avec Will Smith et Kevin Kline (Wild Wild West, souvenez-vous) on ne peut pas vraiment dire que c’est un vrai western. Du coup, j’ai été vraiment surprise de me surprendre à rire plus d’une fois durant Le Bon, la Brute et le Truand. Je ne pensais pas du tout qu’il y avait un fond comique à ce film. Et pourtant. La situation entre le Bon et le Truand est particulièrement amusant.

Le rythme, par contre, est très lent. Il doit bien falloir une bonne heure avec le Bon et le Truand parte en quête de ce fameux trésor et j’en avais même fini par me demander si j’avais bien lu le résumé et s’il y avait bien une histoire de trésor au milieu. Pour autant, j’ai passé un bon moment et je suis ravie d’avoir pu voir ce film sur grand écran. Mais rassurez-vous, je suis sûre qu’il passe très bien sur plus petit écran. Alors pour les beaux yeux de Clint ‘Blondie’ Eastwood, vous pouvez vous réserver trois petites heures pour regarder ce grand classique. Au final, c’est un peu Le Seigneur des Anneaux de la génération 70’s.

Heberger image

4birdybook

2 réflexions sur “Itinérances 34e édition : Le Bon, la Brute et le Truand – Sergio Leone

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s