Kaamelott – Le Grand Retour

Aujourd’hui est un jour spécial. Et vous savez pourquoi ? Non, non, aller, devinez quoi ! Vous donnez votre langue au chat ? KAAMELOTT REVIENT ! Et sur grand écran en plus de ça ! C’est Alexandre Astier qui nous l’a dit ! (sur France Inter). Alors qu’est-ce qu’on dit au roi Arthur ?! Non, on reste poli quand même. On dit : MERCI !!! … Continuer de lire Kaamelott – Le Grand Retour

Asterix, le Domaine des Dieux : Astier le retour

asterix-et-le-domaine-des-dieux-photo-5437a5eb1887b

Histoire de finir l’année en beauté, je suis allée voir Astérix, le Domaine des Dieux le 31 décembre dernier. Pourquoi ? Tout d’abord parce-que j’aime bien Astérix, j’ai lu tous les albums dans ma prime jeunesse et même si j’aime moins les dessins animés de ce petit gaulois, j’apprécie quand même de passer du temps avec lui et de retrouver mon enfance. Ensuite, parce-que l’inénarrable Alexandre Astier (dont, vous le savez maintenant, je suis fan) a écrit le scénario, a fait l’adaptation et les dialogues, en plus de ça, il l’a co-réalisé. Que demande le peuple ? Qu’il fasse une des voix ? Ah non mais attendez… il le fait aussi. La voix du centurion romain, c’est lui. Reconnaissable entre mille.

Continuer de lire « Asterix, le Domaine des Dieux : Astier le retour »

L’Exoconférence d’Alexandre Astier : le déballage de génie

A mon tours, je suis allée voir le nouveau spectacle d’Alexandre Astier à Lyon. Depuis Kaamelott, c’est un artiste que j’estime beaucoup. Je suis très difficile en matière d’humour, je ne trouve pas forcément d’humoriste qui va me faire rire à chaque fois, peut-être me tirer un sourire certes, mais rire…. non ils sont très rares. Le seul qui y parvient, c’est bien Astier. Un génie de l’humour, du cynisme, de l’ironie. Il est le meilleur pour tirer tout le ridicule d’une situation et vous mettre devant le fait accompli. Il ne se force pas, tout est là. Si en plus, on ajoute le fait qu’il soit musicien…. et bien cela fait de lui un génie.

Continuer de lire « L’Exoconférence d’Alexandre Astier : le déballage de génie »